• Gene Vincent (1935-1971)

    Gene Vincent (1935-1971)

    Gene Vincent, de son vrai nom Vincent Eugene Craddock (né à Norfolk, en Virginie, États-Unis, le 11 février 1935,  mort le 12 octobre 1971 à Newhall, en Californie), est un chanteur américain de rock'n'roll et de rockabilly, qu'il contribue à populariser. Il est le créateur de Be-Bop-A-Lula, l'un des plus fameux succès du genre.


    Très doué, sensuel, Gene est considéré comme « un des plus merveilleux chanteurs de l'histoire du rock ». Sa voix est « limpide, juvénile », son chant « fébrile, faussement essoufflé, noyé d'échos », son vibrato totalement maîtrisé. « Ses intonations sont éraillées avec mesure, souvent plaintives ». Capable de passer de la douceur extrême à l'expression la plus frénétique de l'agressivité sur les tempos rapides, sa voix est devenue celle de la révolte d'une génération frustrée « et l'expression ultime de la pureté du rock 'n' roll ».


    Gene garde tout d'abord son style personnel, qu'il appelle « bop » : un hillbilly boogie aux accents syncopés, bien soutenu par cette voix étonnante, aux aigus perçants et aux basses de crooner. Ce style est le trait distinctif de ses premiers tubes.


    En 1957, Gene inclut une saveur de doo-wop, avec l'appui de deux voix de chœur, et de « clapping » (Git it).


    Ensuite, Gene Vincent vire de plus en plus vers le rhythm and blues, enregistrant des versions de tubes R&B des années 1940 et 1950, ainsi que des classiques de country et de western swing (comme des succès de Hank Williams, et la célèbre Pistol Packin' Mama d'Al Dexter).


    À partir de 1957, Gene, tout comme Buddy Holly, contribue au succès des guitares Fender Stratocaster dans le monde rock, en affichant des instruments aux couleurs custom (d'abord blancs, et ensuite noirs), qui vont séduire les guitaristes débutants.


    Gene Vincent laisse derrière lui un héritage musical qui influence la branche la plus puriste du rock 'n' roll et du rockabilly revival de la fin des années 1970.


    Sa fille Melody Jean Vincent, chanteuse, perpétue sa mémoire.


    Ses derniers titres enregistrés en 1971 pour le label Rollin' Rock de Ronnie Weiser sont pleins d'émotion, avec une superbe reprise du Bring it on home de Sam Cooke, Rose of Love, et une version de Party Doll, de Buddy Knox.


    En 1977, Ian Dury lui consacre la chanson Sweet Gene Vincent.


    Oublié aux États-Unis, Gene ne rentre au fameux Rock and Roll Hall of Fame qu'en 1998, douze ans après Elvis Presley, onze ans après son ami Eddie Cochran.
    Le Rockabilly Hall of Fame, lui, n'a pas oublié la contribution du chanteur au rockabilly : c'est Gene qui, en 1997, entre le premier dans son classement.

      


  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Mars 2014 à 20:36

    Coucou tout le monde, je vous ai mis Gene Vincent ( & The Blue Caps .. bien sur  !! ), c'est bon vous allez voir ... ou plutot entendre ... PURE RockabillY .. Bon qui me prete sa gomina pour que je me refasse la banane :p

    Good Rockin'

    Bonne Semaine les amis (es)

    ;o)

    2
    Mardi 25 Mars 2014 à 21:05

    tiens jirai écouter sa fille :) merciiiiiiiiiiiii

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :